24 heures de train - ultrashop - Claire Chauvel 2

Interview de Claire Chauvel

Comment as tu choisis ton moyen d’expression ?

La peinture me permet de m’exprimer en étant au plus proche de mon esprit. Le fait de penser sans utiliser de mots fait fonctionner le cerveau de manière tout à fait différente de ce que l’on a l’habitude. C’est ce qui me passionne dans la peinture. C’est un monde à part entière.

Ce médium est-il secondaire par rapport
à ton propos ou étroitement lié ?

J’essaye de traduire ma pensée sur la toile – ou au moins un état d’esprit, à un moment donné. Je reprends volontiers à mon compte des propose de Matisse : « Je ne puis pas distinguer entre le sentiment que j’ai de la vie et la façon dont je le traduis ».

Quel matériel utilises tu et pourquoi
celui-ci plutôt qu’un autre ?

J’utilise de l’huile car c’est une matière vivante, elle réagit. Tout me paraît constamment nouveau avec l’huile, les possibilités sont infinies.

Comment une séance de travail se prépare t elle ?

Ma vie est une seule séance de travail. Je ne fais pas de coupure entre le fait de peindre physiquement et celui de penser à la peinture. Cependant le travail de concentration est différent quand je vais peindre dehors et quand je reste à l’atelier.

Peux tu m’expliquer ce qui diffère
entre tes débuts et ton travail actuel ?

Depuis le début, je cherche quelle peintre je suis. C’est une recherche picturale et une quête intérieure. Avec le temps je me juge moins et c’est plus agréable. Je suis dans le faire sans obligation de résultat.

PLUS
INTIME

Tes origines, ta culture ont ils un rôle
dans les oeuvres que tu produis ?

Oui car ils forment qui je suis et comment je vois le monde. De même mes lectures, les paysages traversés, les rencontres… enrichissent mon travail. Tout est dans tout.

Quels sont les événements qui t’ont le plus influencé ?

Le décès d’un proche à l’adolescence a été très brutal. Je me suis rendue compte que la vie ne pouvait pas se limiter aux besoins primaires, qu’il y avait forcément autre chose. A partir de ce moment là la peinture a pris de plus en plus de place.

Quelles sont les sources de ton inspiration ?

Tout, tout le temps. Certaines situations vont presser l’urgence de peindre : la visite d’une exposition, ou au contraire des frustrations de temps perdu par exemple.

As tu une anecdote qui permettrait
de comprendre la genèse de ton travail ?

Je dessine et peins depuis toujours. Et depuis, j’avance…

L’actualité rentre-t-elle en compte dans
ta fabrication ou au contraire t’en détaches tu ?

Le monde décrit par les informations me dégoute tellement que d’une certaine manière il est source de motivation. Quand j’allume la radio, j’ai toujours envie de peindre.

UN PEU PLUS
PHILOSOPHIQUE

Tes oeuvres sont elles plutôt un dialogue,
une trace ou encore une dénonciation ?

Mes oeuvres sont un dialogue intérieur, un dialogue avec l’univers tout entier. J’ai besoin d’un point de départ qui est souvent un arbre ou une sensation et ensuite je développe.

Souhaites-tu amener le spectateur
à se questionner ou préfères tu l’interpeller ?

J’aimerais que mes peintures fassent plus appel aux émotions et aux sensations qu’au cérébral. Ma peinture existe de telle manière qu’on ne puisse pas trop en parler. On peut surtout la regarder.

Quel regard portes tu sur l’humain,
et par conséquent à travers ton travail ?

Je suis passionnée par tout être humain. Moi je m’observe beaucoup et c’est cette observation que je peins.

Si tu devais comparer ton dernier travail avec le prochain ?

Mon travail n’est pas linéaire. Je peux mettre des peintures de côté et les reprendre bien plus tard. Chaque peinture influence les prochaines, mais je ne sais jamais quand ni dans quelle mesure.

POUR
CONCLURE

Quel regard portes tu sur ton propre travail ?

Mon travail est le début de quelque chose qui est à venir. Je n’arrive pas vraiment à le regarder, je n’ai pas de recul. La peinture est une recherche sans fin que je ne voudrais surtout pas définir.

Quels sont tes projets en cours, à venir ?

J’ai aménagé depuis peu en Dordogne et j’ai hâte de voir comment cela va influer sur ma peinture.