Crucifixion de Charis Kirchheimer

Edition : Tirage original, 10 exemplaires.
Authentification : Certificat numéroté et signé par l’artiste, facture.
Médium : Photographie.
Technique : Tirage Fine art qualité musée.
Couleur : Encres pigmentaires UltraChrome K3.
Support : Papier Hahnemühle, FineArt Baryta 300g.
Tirage : Avec marge blanche autour de l’oeuvre.
Encadrement : Montage sur Dibond® avec chassis rentrant, Encadrement en Caisse américaine. 


Paiement possible en 2x, 3x ou 4x sans frais !
Avec Alma, solution intégrée à votre règlement par carte bancaire.
Valable pour tout montant de 50 à 2000 euros.

 553.89 1 195.54 TTC

Effacer

Complément d’informations

Moyen de paiement : Carte bancaire sécurisée via notre partenaire Stripe, Paypal, Virement bancaire, Alma.
Délai de fabrication avant envoi : 7 jours pour un tirage seul, 15 jours pour un tirage avec encadrement.
Livraison : A domicile ou en Point relais. Quasi partout dans le monde.
Frais de livraison : Offerts, léger dépassement pour certaines régions du monde.
Tenue dans le temps : Stabilité des couleurs, résistance aux UV en intérieur, grâce aux encres pigmentaires minérales encapsulées de résine projetées sur un support 100% Alpha cellulose.
Durée de vie : 75 ans sans dégradation en conditions normales d’exposition en intérieur. Résultat des tests réalisés en laboratoires indépendants.
Conservation : Environnement ambiant stable autour de l’oeuvre préconisé. Variations de température et humidité à éviter. Lumière du jour directe proscrite.
Taux d’humidité recommandé : 35 à 65%.
Température conseillée : entre 10 à 30°C.
Normes et certifications : Sans acide, ni lignine. Norme ISO 9706 long life.

Interview de
Charis Kirchheimer

PLUS
TECHNIQUE

Comment as-tu choisis ton moyen d’expression ?

J’ai toujours aimé l’art. Il s’agissait de trouver quelque chose pour m’exprimer, là où les mots ne suffisaient plus. J’aime la peinture mais je trouvais la mienne enfantine. L’écriture m’intéresse également mais je n’arrivais pas à manier les mots. La photographie fut donc un choix logique car je peux exprimer beaucoup plus de chose par rapport aux mots. En ce qui me concerne en tout cas.

Ce médium est-il secondaire par rapport à ton propos ou étroitement lié ?

Mes égéries m’inspirent généralement et j’essaie de travailler de manière organique dans le cadre d’un thème ou une idée… Je n’ai jamais une idée absolue de ce que je voudrais créer. J’aime être surprise par mes propres créations.

Quel matériel utilises-tu et pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre ?

Je me sers de nombreux appareils, variant entre des anciens appareils analogiques ‘mise au point / déclenchement’, des Polaroids jusqu’à des appareils réflex argentiques et numériques. J’aime aussi expérimenter avec la lumière et différents sortes de bouts de verre que je trouve, créant ainsi des images de type kaléidoscopique et des fuites de lumière, etc.

Comment une séance de travail se prépare t elle ?

Généralement à partir d’une planche de tendance pour que je puisse être raccord avec mon égérie et toute l’équipe. Et pour que je sois sur la même longueur d’onde ce qui concerne la direction que je voudrais prendre vis-à-vis de la création.

Peux-tu m’expliquer ce qui diffère entre tes débuts et ton travail actuel ?

Quand j’ai commencé à photographier mon but était de raconter un monde vrai, en saisir le moment sur le champ, en enregistrer l’histoire en temps réel. Aujourd’hui, j’aime créer de temps à autre des images qui donnent envie de voyager et qui permettent au spectateur de projeter ses propres perspectives.

PLUS
INTIME

Tes origines, ta culture ont-ils un rôle dans les oeuvres que tu produis ?

Je crois qu’on est influencé inconsciemment par la société ; tout ce qu’on voit, tout ce qu’on entend et même ce qu’on sent peut nous influencer. Je ne me suis jamais poser cette question, si ma culture et mes origines ont joué un rôle dans mon travail. J’imagine que si !

Quelles sont les sources de ton inspiration ?

Ma source d’inspiration résulte de ma vie quotidienne, des gens que je croise, des films, de la mode, des beaux endroits, de la musique et de la nourriture.

As-tu une anecdote qui permettrait de comprendre la genèse de ton travail ?

J’aime que les gens formulent leurs propres idées sur ce que représente mon travail, il reste ouvert à interprétation. C’est fascinant quand les gens me disent ce qu’ils pensent et ce qu’il retiennent de mon travail.

PLUS
PHILOSOPHIQUE

Souhaites-tu amener le spectateur à se questionner ou préfères tu l’interpeller ?

Comme je l’ai déjà expliqué, j’aime que le spectateur ressente ce qui lui vient à l’esprit, qu’il se questionne ou que le travail l’interpelle.

Quel regard portes-tu sur l’humain, et par conséquent à travers ton travail ?

Je pense que l’homme est curieux et en constante évolution – il y a de place pour l’amélioration, tout comme mon travail d’ailleurs.

Si tu devais comparer ton dernier travail avec le prochain ?

Il n’y a aucune comparaison possible à faire puisqu’il n’y a aucune cohérence entre eux.

L’art est-il de la poésie ou une intervention sociale ?

Ça dépend. Un peu des deux.

POUR
CONCLURE

Quel regard portes-tu sur ton propre travail ?

Il est en constante évolution et est potentiellement meilleur que le précédent. Je ne suis jamais totalement satisfaite car je vois toujours les améliorations que je peux y apporter.

Quels sont tes projets en cours, à venir ?

En ce moment je suis sur la création d’un coffee table book sur mes égéries au fil des années.

Est-ce que tu as autre chose à ajouter ? Tu as le dernier mot…

Être toujours soi-même et ne pas s’excuser.

A propos de l’artiste

Charis Kirchheimer : « Il n’y a pas de règles pour la bonne photographie, que de bonnes photos” (Ansel Adams) est le mantra créatif de Charis Kirchheimer qui comprend qu’il n’y a pas de ‘formule unique’ pour son métier et que chaque situation et sujet sont différents. Elle est fière de pouvoir s’adapter à ce qui se trouve de l’autre côté de son objectif pour mieux en saisir l’essence. »

Site web : chariskirchheimer.carbonmade.com