Nouveau

L’oiseau par Miroslav Weissmuller

Edition : Tirage original, 10 exemplaires.
Authentification : Certificat numéroté et signé par l’artiste, facture.
Médium : Dessin traditionnel + Photoshop.
Technique : Tirage Fine art qualité musée.
Couleur : Encres pigmentaires UltraChrome K3.
Support : Papier Hahnemühle, Photo Rag 308g.
Tirage : Avec marge blanche autour de l’oeuvre. 


Paiement possible en 2x, 3x ou 4x sans frais !
Avec Alma, solution intégrée à votre règlement par carte bancaire.
Valable pour tout montant de 50 à 2000 euros.

UGS : MW-OIS-PR Catégories : , Étiquettes : , ,

 342.89 731.97 TTC

Effacer

Complément d’informations

Moyen de paiement : Carte bancaire sécurisée via notre partenaire Stripe, Paypal, Virement bancaire, Alma.
Délai de fabrication avant envoi : 7 jours pour un tirage seul, 15 jours pour un tirage avec encadrement.
Livraison : A domicile ou en Point relais. Quasi partout dans le monde.
Frais de livraison : Offerts, léger dépassement pour certaines régions du monde.
Tenue dans le temps : Stabilité des couleurs, résistance aux UV en intérieur, grâce aux encres pigmentaires minérales encapsulées de résine projetées sur un support 100% Alpha cellulose.
Durée de vie : 75 ans sans dégradation en conditions normales d’exposition en intérieur. Résultat des tests réalisés en laboratoires indépendants.
Conservation : Environnement ambiant stable autour de l’oeuvre préconisé. Variations de température et humidité à éviter. Lumière du jour directe proscrite.
Taux d’humidité recommandé : 35 à 65%.
Température conseillée : entre 10 à 30°C.
Normes et certifications : Sans acide, ni lignine. Norme ISO 9706 long life.

Interview de
Miroslav Weissmuller

PLUS
TECHNIQUE

Comment as-tu choisi ton moyen d’expression?

J’ai passé dans ma jeunesse tellement de temps à lire des bandes-dessinées que le dessin s’est imposé naturellement à moi.

Ce médium est-il secondaire par rapport à ton propos ou étroitement lié?

Pas de réponse.

Quel matériel utilises-tu et pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre?

J’utilise un stylo-pinceau à reservoir d’encre de chine, parce que la pointe ne s’use pas et qu’on risque moins de se salir qu’avec un pot d’encre. (L’encre me plaît pour sa fixité, qui me garde éloigné de la tentation du repentir.)

Comment une séance de travail se prépare-t-elle?

Je trace d’abord un crayonné, avec abandon et en vitesse, puis je délimite au feutre les zones à noircir, avant de procéder à l’encrage proprement dit, bien lentement.

Peux-tu m’expliquer ce qui diffère entre tes débuts et ton travail actuel?

Oui : à mes débuts je dessinais de façon traditionnelle, en cernant mes formes, alors qu’aujourd’hui, à force d’envisager le blanc du papier comme un ton à part entière, j’en suis venu à renoncer aux contours.

PLUS
INTIME

Tes origines, ta culture ont-ils un rôle dans les œuvres que tu produis ?

Oui, dans la mesure où le goût des arts plastiques me vient de mon père, peintre à ses heures. Et puis mon style graphique est issu de la tradition franco-belge.

Quels sont les évènements qui t’ont le plus influencé ?

Pas de réponse.

Quelles sont les sources de ton inspiration ?

Les dessins des autres, que je regarde sur internet.

As-tu une anecdote qui permettrait de comprendre la genèse de ton travail ?

Pas de réponse.

L’actualité rentre-t-elle en compte dans ta fabrication ou au contraire t’en détaches-tu ?

L’actualité exerce sur la nature de mon travail une influence réduite, mais il m’arrive d’être déconcentré de mon labeur pendant les périodes électorales, mon attention étant alors sollicitée par les débats autour des grandes questions de notre temps.

PLUS
PHILOSOPHIQUE

Tes œuvres sont-elles plutôt un dialogue, une trace ou encore dénonciation ?

Elles sont à la fois un dialogue avec celles de mes collègues et une trace des journées perdues à les produire, mais certainement pas une dénonciation.

Souhaites-tu amener le spectateur à se questionner ou préfères-tu l’interpeller ?

Je souhaite plutôt lui faire plaisir. (J’aimerais aussi susciter chez lui une pulsion d’achat.)

POUR
CONCLURE

Quel regard portes-tu sur l’humain, et par conséquent à travers ton travail ?

Je porte sur l’humain, dans l’acception large du mot, un regard plein d’indulgence. Quant à la moitié féminine du genre humain, j’admets porter parfois sur elle un regard apparenté à ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler « male gaze ».

Si tu devais comparer ton dernier travail avec le prochain ?

Je dirais que le prochain est plus érotique que le précédent, et plus domestique aussi.

L’art est-il poésie ou intervention sociale ?

Sans doute poésie, encore que la définition de ce terme m’ait toujours paru assez floue.

A propos de l’artiste

Miroslav Weissmüller est né en 1990 à Saint-Germain-en-Laye. Il vit et travaille à Nantes, où il a suivi une formation de graphiste. Ses travaux, principalement réalisés à l’encre de chine, ont fait l’objet de plusieurs publications.

Pour Ultrashop : Interview de Miroslav Weissmuller